X

Latest news

Poster Award for Samuel Leleu, PhD student IRT Saint Exupéry/Cirimat, on corrosion resistance

Delivery of the prize for Samuel Leleu by Hubert Perrot (LISE UPMC/CNRS, Paris), President of the Electrochemistry group at the Chemical Society of France (Photo JE2017)
Samuel Leleu, PhD student in the IRT Saint-Exupéry and in the CIRIMAT laboratory (CNRS/INPT/Université Toulouse 3 Paul Sabatier), received one of the 4 “Poster” Prices by the French section of International Society of Electrochemistry during the last Days of electrochemistry (Bordeaux, June 26-29th) which gathers every two years the community of the French-speaking electrochemists. Hundred posters were presented.

This award greets its excellent presentation in the theme “Corrosion, coating and surface treatment” on the “Study of the corrosion resistance of an alloy of rare earth-rich magnesium by spectroscopy of electrochemical impedance” supervised by Nadine Pébère of the CIRIMAT laboratory and Bertrand Rives, Surface and multifunctionnal coatings referent in the IRT Saint-Exupéry.

Poster Abstract

Etude de la résistance à la corrosion d’un alliage de magnésium riche en terres rares par spectroscopie d’impédance électrochimique

S. Leleu (a,b) N. Pébère (b), B. Rives (a)
(a) IRT Saint Exupéry, 118 route de Narbonne – CS 44248, 31432 Toulouse
(b) Université de Toulouse, CIRIMAT-ENSIACET, Toulouse

Les alliages de magnésium présentent une faible densité et des propriétés mécaniques suffisantes pour se positionner comme des matériaux prometteurs pour l’allégement des structures aéronautiques et automobiles. De plus, de nouvelles nuances riches en terres rares permettent à la fois une amélioration des propriétés mécaniques à haute température et de la tenue au feu [1]. Cependant l’influence des terres rares sur la résistance à la corrosion des alliages de magnésium est toujours discutée [2].

Le but du présent travail est de mieux connaitre le comportement vis-à-vis de la corrosion d’un alliage de magnésium riche en terres rares (Mg-Y-Nd), le WE43A. Pour cela des mesures électrochimiques stationnaires et transitoires (courbes de polarisation et diagrammes d’impédance) ont été réalisées avec une électrode à disque tournant en milieu Na2SO4 0,1 M. Une attention particulière a été portée au domaine anodique afin d’analyser le rôle joué par la couche pseudo-passive. L’influence des éléments d’alliage sur le comportement de l’alliage WE43A a été discutée par comparaison à celui du magnésium pur.

Les courbes courant-tension obtenues pour différents temps d’immersion montrent une diminution significative des courants anodiques alors que les courants cathodiques restent inchangés quand le temps d’immersion augmente. Ce résultat, en accord avec l’évolution des diagrammes d’impédance au cours du temps, est expliqué par une diminution progressive de la surface active liée à la formation d’une couche « pseudo-passive », plus ou moins continue à la surface de l’alliage. Les mesures d’impédance réalisées pour différentes surtensions anodiques pour l’alliage et le magnésium pur révèlent que la couche d’oxyde est plus stable dans le cas de l’alliage. De même, des mesures d’impédance électrochimique réalisées en milieu plus agressif (NaCl 0,2 M) ont montré le rôle bénéfique des terres rares sur la résistance à la corrosion de cet alliage. Ces résultats seraient attribués à l’enrichissement en terres rares de la couche d’oxyde. Des analyses Tof-SIMS sont en cours pour déterminer la différence de composition des couches formées sur l’alliage WE43A et le magnésium pur.

 Références

  • Czerwinski, F. Sci. 2014, 86, 1-16.
  • Chu, P.-W.; Marquis, E. A. Sci. 2015, 101, 94-104.